Halte à la répression syndicale à la MEL !

ParCGT MEL

Halte à la répression syndicale à la MEL !

 

 

Halte à la répression syndicale

à la MEL !

 

 

Lettre ouverte au président Castelain

 

Monsieur le Président,

 

Je me permets de vous adresser un courriel car il y a URGENCE.

Nous avons appris hier que deux militants de la CGT MEL venaient de se voir notifier l’ouverture d’une procédure disciplinaire.

Leurs torts ? Avoir participé aux mobilisations dans le cadre du RIFSEEP et au rassemblement du 9 avril. Pour mémoire, ce rassemblement avait permis aux agents de la MEL d’obtenir un débat avec les dirigeants de la MEL – Alain Bernard, Doriane Huart – sur la mise en place du RIFSEEP par la MEL. Effectivement, l’Assemblée générale avait décidé de demander à Alain Bernard, dans son bureau, de nous recevoir collectivement en salle du Conseil suite au refus catégorique du DGS de nous rencontrer. Il s’agissait, pour les agents, de tenter légitimement de lever toutes les incertitudes d’alors sur la mise en œuvre du RIFSEEP.

Des garanties avaient pourtant été données par Alain Bernard pour qu’aucun agent mobilisé dans le cadre de ce rassemblement, qui avait débordé dans la durée, ne soit sanctionné. Comprendra qui pourra ! Mais c’est la parole même du Vice-Président Alain Bernard qui est bafouée, vraisemblablement malgré lui.

Mais il y a plus absurde encore ! Un militant de la CGT MEL, Thierry DUEL, vient de recevoir un avertissement.

Son crime ? Avoir exercé son droit à un recours gracieux, en écrivant à Alain Bernard. Il demandait qu’une formation de deux jours dans le cadre de son mandat d’élu local puisse faire l’objet d’un congé exceptionnel. Pas de quoi fouetter un chat, d’autant plus que la RH lui avait donné, dans un premier temps, son accord, pour finalement changer de position. Pour ces faits, la MEL lui reproche d’avoir « désobéi » à sa ligne hiérarchique, alors qu’après avoir reçu confirmation du refus de la MEL, il a posé congés et justifié son absence.

Enfin et je m’arrêterai là car la liste est longue, le DGS a imposé récemment une sanction du 1er groupe avec exclusion pour un agent faisant face à de graves difficultés personnelles – décès d’un parent – alors que le conseil de discipline avait prononcé un simple avertissement. Le DGS est passé outre !

Non seulement, cela revient à remettre en cause la décision d’un juge. Mais également à s’asseoir sur la démocratie et le paritarisme, puisque les élus du personnel comme les élus politiques ont non seulement travaillé le dossier, mais se sont surtout déplacés et consacré une demi-journée à cette affaire sans qu’aucun cas ne soit fait de leur débat, ni de leur implication ! 

Nous ne sommes pas dupes !

 

 

Nous constatons que toutes ces procédures disciplinaires interviennent après la conférence de presse de la CGT MEL sur le suicide de Stéphane Dumez et notre dénonciation du « management par la terreur », en cours à la MEL, à l’encontre des agents et des militants syndicaux. Cette attitude et ce nouveau dossier donnent raison à notre organisation syndicale. La répression s’amplifie. Elle se commute même en représailles.

Il est de notre devoir de vous alerter, Monsieur le Président. Les agents sont épuisés par les réorganisations violentes et permanentes. Ils sont inquiets face aux conditions de travail qui les attendent à Biotope.

Le 6 décembre, la CGT confirmait sa 1ère place au sein de la MEL, avec 42,5 % des suffrages.

En attaquant les élus et militants de la CGT, c’est l’ensemble de la CGT et l’ensemble des agents que la MEL attaque.

Il est temps, Monsieur le Président, que cette situation cesse. Il n’est pas acceptable que la répression prenne le pas sur le dialogue social. Est-ce dans ce climat de défiance que nous allons installer les nouveaux élus sortis des urnes le 6 décembre ?

Je vous demande donc de sursoir immédiatement à l’ensemble des procédures infondées en cours.

A cet effet, comme je l’exprimais le 11 décembre à votre assistante, nous souhaiterions que vous receviez enfin une délégation de la CGT.

Vous comprendrez que nous nous réservons le droit de mobiliser tous les moyens qui sont en notre possession pour que cette attitude délétère cesse enfin. Au premier lieu desquels, cette demande de rendez-vous.

Je vous remercie par avance pour votre compréhension.

Pour la CGT MEL,

Le Secrétaire général, 

Frédéric PARISOT

Copie à :

  • Jean-Louis FREMAUX, Conseiller délégué en charge des Ressources humaines,
  • Vice-présidents et responsables des groupes politiques de la Métropole européenne de Lille,
  • Bruno CASSETTE, Directeur général des services,
  • Philippe MARTINEZ, Secrétaire général de la CGT,
  • Baptiste TALBOT, Secrétaire général de la Fédération CGT des Services publics,
  • Union générale des Cadres, ingénieurs et techniciens (UGICT- CGT) et UFICT Services publics,
  • Coordination CGT des syndicats départementaux du Nord
  • Union locale CGT de Lille et environs
  • CGT Conseil régional Hauts-de-France,
  • Maître Anne POLICELLA, avocate au Barreau de Lille

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator