Archives de l’auteur CGT MEL

ParCGT MEL

Rencontre avec le Vice Président en charge des Ressources Humaines

Rencontre avec le Vice Président en charge des Ressources Humaines

 La CGT à l’offensive pour vos conditions de travail !

 

Le jeudi 17 septembre dernier, la CGT a rencontré Christian MATHON, nouveau Vice-président en charge des RH et de l’Administration à la MEL. Elle était représentée par Frédéric PARISOT, Sébastien POLVECHE et Thierry DUEL.

 

Cette rencontre s’est déroulée dans un esprit d’écoute et de respect mutuel. Cela représente déjà une évolution en soi par rapport au mandat politique précédent !

Un PRA raplapla ?

 

 

S’agissant du Plan de Reprise d’Activité (PRA), nous avons obtenu que ce document fasse l’objet d’un avis préalable du CHSCT, le 28 septembre, avant sa mise en œuvre.

Concernant le contenu du PRA, nous avons alerté l’employeur sur la contradiction entre les constats dressés par le document (augmentation du nombre de contamination, prévalence des clusters dans les administrations publiques) et la volonté de porter la « jauge » sur les sites centraux (Biotope et Euralliance) et sites externes à 70 %. Concrètement, le taux d’occupation de ces sites serait porté à 70 % pour les agents dont les postes sont télétravaillables (ils combineraient travail en présentiel et télétravail), tandis que les agents dont les postes ne sont pas télétravaillables reprendraient en présentiel à 100 %, avec rappel progressif des agents placés en confinement préventif.

La MEL nous propose désormais que cette jauge de 70 % constitue un plafond et non plus un plancher, et que les situations soient appréciées sites par sites. Cette jauge nous semble déraisonnable, alors que le département du Nord a été classé en zone rouge, que plusieurs contaminations ont été recensées à Biotope et Euralliance et que le CER d’Armentières a été fermé préventivement pendant plusieurs jours suite à 3 contaminations à la COVID 19, …

Conditions de travail à Biotope

De notre point de vue, la situation sanitaire de la MEL est très préoccupante : certains sites, dont le nouveau siège Biotope, sont inadaptés du fait de la sur-densité des espaces de travail et de la saturation du restaurant, pourtant partiellement exploité.

C’est pourquoi, la CGT a exigé que la visite du CHSCT prévue pour finaliser l’expertise produite par le cabinet SECAFI, mandatée par les élu·es de l’instance, ait lieu rapidement, de manière à pouvoir être restituée lors du CHSCT du 28 septembre 2020.

Notre syndicat propose au contraire :
> De limiter la jauge de présentiel à un plafond de 50 %, révisable sur avis du CHSCT ;
> De faire participer les représentants du personnel au CHSCT à la cellule de
veille hebdomadaire ;
> D’accompagner la reprise des personnes en confinement préventif par une visite au Centre Médico-Social, permettant par
exemple de proposer un test de dépistage pour la Covid19.

En effet, il faut selon nous, dès à présent, appliquer les préconisations contenues dans cette expertise, notamment celles visant à réduire la densité des espaces de travail et à garantir les conditions de travail des agents.

De fait, il nous faut obtenir de l’employeur le budget et les travaux nécessaires au réaménagement des locaux de Biotope. Il s’agit d’appliquer les préconisations de l’expertise.

Sur tous ces points, le syndicat CGT MEL a mis en garde l’employeur : si nous constatons que les décisions ou atermoiements de la MEL sont de nature à entraver le fonctionnement du CHSCT ou à mettre en péril les conditions de travail des agents, nous saisirons les autorités de tutelle : Préfecture, Inspection du Travail, voire le Procureur de la République s’il le faut. Nous attendons que l’employeur se positionne. Le Vice-président MATHON s’est engagé, à tout le moins, à prendre rapidement contact avec SECAFI (le prestataire ayant produit l’expertise sur Biotope). Il s’est également engagé à garantir la présence du syndicat CGT MEL au sein du comité de pilotage de la mission. Nous avons initié la démarche et nous entendons bien la finaliser !

Troubles Sociaux-Psychiques

Notre délégation a rappelé le bilan désastreux du précédent mandat sur le plan de risques psycho-sociaux : réorganisation permanente, mise à la vacance des postes, mise en concurrence des agents, perte d’efficacité des services faisant l’objet de réorganisations répétées, augmentation des pressions sur les agents, des dépressions, …

Le Vice-président MATHON s’est voulu rassurant et a indiqué vouloir mettre fin au processus de réorganisation permanente, sans pour autant renoncer à la mise en œuvre d’ajustements ponctuels.

Nous avons profité du rendez-vous pour attirer l’attention du Vice-président MATHON sur plusieurs situations préoccupantes : réintégration d’agents après un congé de longue maladie, agents en dépression, agent victime de discrimination syndicale, …

Là encore, nous attendons des réponses claires de la MEL et sommes prêts à saisir les autorités de tutelle en cas d’inaction ou de décisions portant grief.

Attribution de la prime COVID

 

Nous avons abordé la question de la prime COVID. Cela engendre des incompréhensions et un légitime sentiment d’injustice pour nos collègues mobilisés durant le confinement et qui ne l’ont pas obtenue ! Dans certain services, en effet, les agents perçoivent la distribution de la prime comme une prime clientéliste. Pour Frédéric Parisot c’est une prime contre-productive qui exclut et divise au lieu de récompenser et motiver. Nous demandons par conséquent de la clarté et l’équité pour tous les agents ayant travaillé pendant la crise sanitaire ! En un mot, la prime pour tous ceux-là.

Mise en place de Tickets-Restaurant à la MEL

 

D’ores et déjà, nous constatons que le restaurant est largement sous-dimensionné. Dans les faits, il y est impossible de respecter la distanciation sociale. Dans ces conditions, plus aucun agent des sites extérieurs ne vient déjeuner au restaurant. La CGT insiste pour que son document revendiquant la mise en place de TicketsRestaurant à la MEL, remis officiellement le 30 janvier 2020 à Damien CASTELAIN, soit enfin étudié par l’employeur.

 

Dans la foulée de cet entretien, nous remettrons au Vice-président MATHON un cahier de revendications beaucoup plus complet, qui abordera toutes les problématiques de notre établissement et de ses agents.

 

ParCGT MEL

Rapport Oxfam : Les actionnaires ne connaissent pas la crise

Les actionnaires ne connaissent pas la crise

 

.
Toyota, BASF, Amazon, Apple… une poignée d’entreprises ont réalisé des bénéfices exceptionnels pendant la crise, soit 109 milliards de dollars de plus que leurs bénéfices moyens réalisés au cours des quatre années précédentes, a dévoilé l’Oxfam dans un rapport publié le 10 septembre. Une grande partie de ces bénéfices vont être reversés aux actionnaires, creusant plus profondément les inégalités.

Le monde d’après a le goût amer du monde d’avant

Alors que la pandémie a privé 400 millions de personnes – dont une majorité de femmes – de leur emploi, et plongé un demi-milliard de personnes dans la pauvreté, les grandes entreprises ont su tirer profit de la crise.

Dans un rapport publié le 10 septembre, l’Oxfam dévoile que 32 multinationales ont enregistré cette année une haussespectaculaire de leurs bénéfices : 109 milliards de dollars de plus que leurs bénéfices moyens réalisés au cours des quatre années précédentes. Une large partie de ces bénéfices a été reversé aux actionnaires.

En France, le CAC 40 aura versé au moins 37 milliards de dividendes pendant la crise

En mai dernier, la CGT avait demandé la suspension des dividendes, en particulier pour les entreprises bénéficiant du chômage partiel. « Les dividendes record versés aux actionnaires contribuent à creuser les inégalités, dans la mesure où ils sont principalement destinés à des personnes déjà fortunées au lieu d’être utilisés pour augmenter les salaires, et où ils incitent les PDG à s’inscrire dans une démarche de recherche de profit à court terme », note l’Oxfam.

La pandémie a plongé l’économie mondiale dans une récession historique, les dividendes record versés aux actionnaires en amont de la crise ayant fragilisé les entreprises. Pour voler au secours de l’économie, le gouvernement français s’apprête à distribuer des milliards aux entreprises, sans condition de maintien de l’emploi ou des salaires.

De fait, son plan de relance s’adresse en premier lieu aux entreprises, notamment à travers l’exonération d’impôts de production. Le porte-parole de l’Oxfam, Quentin Parrinello, rappelle que « sans conditions, les aides publiques risquent de renforcer encore davantage la mainmise des actionnaires sur les choix stratégiques des entreprises, accroître la déconnexion avec l’économie réelle et retarder la transition écologique. La première des priorités est de ne pas signer de chèque en blanc aux grandes entreprises ».

 

 

Ainsi l’ONG demande au gouvernement et aux parlementaires de conditionner l’octroi de l’ensemble des crédits du plan de relance à la mise en place d’objectifs socioécologiques pour les grandes entreprises :

  • refuser la baisse aveugle des impôts de production ;
  • publier un plan de transformation de l’entreprise vers une réduction de l’empreinte carbone ;
  • interdire le versement de dividendes et de bonus PDG pour le prochain exercice budgétaire (2021) ;
  • ne pas faire peser le financement du plan de relance sur les plus pauvres et au contraire mettre à contribution celles et ceux qui ont le moins pâti de la crise.
ParCGT MEL

Le 17 septembre, préparons une rentrée offensive !

Le 17 septembre, préparons une rentrée offensive !

Ensemble, participons à la grande journée de grève et de manifestation !

En cette rentrée sociale, la CGT a décidé d’engager un processus d’action s’appuyant notamment sur une journée nationale interprofessionnelle d’action et de grève le 17 septembre prochain.

Salué.es pour leur engagement auprès de la population pendant le printemps dernier, force est de constater que les agents publics ont très vite été oublié.es ! Alors que les retours de congés s’effectuent, ils subissent des suppressions de congés, l’inégalité face à l’octroi et au montant de la
prime COVID, sans compter le gel du point d’indice qui aggrave, depuis des années, les difficultés sociales.

Pourtant, la pandémie a confirmé ce que la CGT dénonce depuis longtemps : nos services publics, et notamment notre système de santé, sont sous tension permanente et souffrent gravement !

L’absence de protection pendant plusieurs semaines, l’absence de consignes claires des employeurs publics, la rentrée qui s’effectue avec de fortes inégalités dans le traitement des équipements de protection, tout cela démontre que toutes les leçons de la crise n’ont pas été retenues !

Il est nécessaire de garantir, et ceci à long terme, des politiques publiques fondées sur l’intérêt général et la réponse aux besoins sociaux. Et pour cela il importe de rompre avec les politiques d’austérité et d’abandonner la logique comptable dans les politiques publiques.

Les agents publics ne veulent pas d’un retour au monde d’avant et comptent bien porter leurs revendications afin de ne plus revivre une telle situation.

Cette journée permettra de porter les revendications suivantes :

Le dégel et l’augmentation de la valeur du point d’indice avec un traitement minimum de 1 800
euros au recrutement ;
Le respect des règles sanitaires et protections des agent.e.s, trop souvent ignorées par nos
employeurs ;
La création de postes dans les collectivités et l’opposition à toute suppression d’emploi dans la
Fonction publique et les services publics ;
L’amélioration des conditions de travail et le respect des accords de réduction du temps de
travail pour aller vers les 32 heures de travail hebdomadaires ;
Le maintien des CHSCT, des comités techniques, et des prérogatives des CAP ;
L’abrogation de la loi de transformation de la fonction publique ;
L’abandon de la réforme des retraites et le maintien de notre régime spécifique de retraite
solidaire CNRACL ;
L’abandon du projet de loi 3 D de destruction de l’équité territoriale et de l’intérêt général.

 

Manifestation interprofessionnelle régionale à Lille
Jeudi 17 septembre
Départ 14h30 – Porte de Paris – métro « République » ou « Mairie
de Lille »

 

 

Dialogue Social :
un nouveau départ ?

 

A la demande de notre syndicat, une délégation de la CGT MEL sera reçue le jeudi 17 septembre au matin par Monsieur Christian Mathon, Vice-Président pour les Ressources humaines et l’Administration.

Après 6 longues années où le dialogue social en était réduit à sa portion congrue, la CGT MEL espère qu’enfin nous puissions engager des discussions posées et constructives dans l’intérêt des agents.

Lors de ce rendez-vous, nous aborderons notamment des sujets qui nous semblent prioritaires :

– le Plan de Reprise d’Activité, en lien avec le CHSCT, et le droit syndical dans le contexte de crise ;

– la question des aménagements à Biotope, notamment suite aux conclusions du cabinet d’Expertise SECAFI ;

– Alerter sur les Risques psycho-sociaux en nous appuyant sur quelques cas individuels particulièrement préoccupants.

De plus, en ce jour de mobilisation nationale, dans un contexte de rentrée sociale particulièrement critique, nous remettrons à Monsieur Mathon notre cahier de revendications, fruit des remontées des agents.