église de la très sainte consommation

Archives de catégorie Retraité-e-s

ParCGT MEL

À nouveau, les retraités menacés !

 

À NOUVEAU, LES RETRAITÉS MENACÉS !

 

 

Le 17 septembre à 10 heures, le rapport VACHEY a été présenté à la télévision par son auteur.Il formulait des propositions quant au financement de la 5eme branche de la Sécurité sociale consacrée à l’autonomie, promulguée le 7 août.On peut s’interroger sur la nécessité de créer une branche spécialement dédiée aux questions de perte d’autonomie, qui peuvent toucher jeunes comme anciens, alors que la branche assurance-maladie actuelle est en charge des questions de santé. Handicapés et personnes âgées se retrouveraient ainsi mis à part alors qu’ils auraient toute leur place dans la branche maladie.

Qui va financer cette branche ??

 

Si on peut avoir des positions différentes sur l’utilité de cette « branche », une chose est sûre : pour nous faire les poches, M. VACHEY ne manque pas d’idées ! Qu’on en juge :

1°mesure envisagée : augmenter (encore une fois !) la CSG de plus de 10 %, pour la mettre au niveau de celle des actifs : 9,2%.

2°mesure : baisse des dispositifs fiscaux pour l’impôt sur le revenu des retraités : l’abattement de 10% serait ramené à 5% ce qui rendrait des milliers de retraités imposables, leur supprimerait l’accès à certaines dispositions réservées aux personnes non imposables et augmenterait l’impôt de ceux qui le sont déjà.

3°mesure : serait une nouvelle « journée de solidarité » pour tout le monde, actifs et retraités, c’est-à-dire une taxe supplémentaire : un jour de congé en moins pour actifs et pour les retraités, cela pourrait se traduire par le doublement de la contribution additionnelle de solidarité (CASA) soit le passage de 0,3% à 0,6% du prélèvement sur nos pensions.

4°mesure : comme si ce n’était pas suffisant : ceux qui emploient une aide à domicile et ont plus de 70 ans se verraient appliquer une cotisation patronale dont ils étaient jusqu’à présent exonérés. De plus, le crédit d’impôt serait limité à 6 000 €, pénalisant les personnes ayant besoin de plus de 40 minutes d’aide jour.

5°mesure : l’abaissement du plafond de la réduction au titre des frais de dépendance et d’hébergement pour les personnes âgées accueillies en établissement. Enfin, l’aide personnalisée pour l’autonomie (APA) dont bénéficient les personnes dépendantes pourrait être revue en fonction du patrimoine, Au total, ce serait environ 4,2 milliards pris aux retraités, soit 70 % des 6 milliards nécessaires à une future loi sur le « grand âge » par ailleurs renvoyée à la fin de la mandature actuelle !

 

 

Ces mesures sont un véritable racket contre les salariés et surtout les retraités qui devraient encore une fois payer la note !La perte d’autonomie doit être prise en charge à 100 % par l’assurance-maladie dans le cadre de la solidarité nationale !

 

Pour l’auteur du rapport, faire payer les retraités est « logique » car, en moyenne, « le revenu des retraités sera 10 % plus élevé que celui des actifs en 2020 », il oublie de dire que les pensions sont inférieures aux salaires ;  Est-ce que les retraités sont responsables de la crise sanitaire et du chômage ? À ce jour, du fait de l’absence de revalorisation réelle depuis 7 ans, plusieurs millions de retraités ont une pension NETTE inférieure à celle qu’ils percevaient au 1er avril 2013, date de la dernière revalorisation.Et ce ne sont pas les 0,3% de cette année (sauf pour les pensions inférieures à 2 000 € qui ont eu… 1%) et les (peut-être) 0,4% de l’an prochain qui changeront quoi que ce soit.

 

En clair, pour le gouvernement, puisque l’autonomie est un problème de vieux, que les vieux paient !

ParCGT MEL

En marche vers un projet de loi retraite totalement rétrograde

 

En marche vers un projet de loi retraite totalement rétrograde

Pour tenter de faire passer le déni de démocratie qu’est le 49.3, le gouvernement a essayé de communiquer en faisant croire que la dernière version du projet de loi contiendrait des évolutions importantes.

L’analyse du document intitulé « Projet de Loi instituant un système universel », texte sur lequel le gouvernement engage sa responsabilité en application de l’article 49.3, conforte le diagnostic de la CGT et d’une majorité de syndicats.

Ce texte reste un projet de loi totalement rétrograde et 60% des Français.e.s restent toujours opposé.e.s à cette réforme des retraites.

La CGT n’a pas relevé d’amélioration substantielle du projet de loi ou de changements fondamentaux suite aux analyses des versions précédentes, si ce n’est quelques aménagements par rapport à la version initiale.

Les éléments marquants à retenir de cette analyse montrent que l’universalité défendue par l’exécutif ne l’est absolument pas puisque le texte prévoit des particularités et des dispositions spécifiques. L’accès aux informations pour toutes et tous concernant les projections est mentionné mais aucune trace de date de disponibilité du fameux simulateur.

Plus le gouvernement avance dans la construction d’un nouveau système de retraite et plus de nouvelles problématiques techniques se posent pour eux, avec une valeur du point calculé sur un indicateur inexistant, contesté par les agents de l’Insee.

 

 

Les explications sur les mécanismes d’évolution, de rapprochement des caisses, l’harmonisation des cotisations sociales pour les salarié.e.s fonctionnaires qui seraient concerné.e.s par la transition entre les deux régimes sont incompréhensibles.

La clause à l’italienne instaurée par un amendement de la majorité rend encore plus flou le calcul des pensions pour celles et ceux qui auraient des carrières entre les deux régimes.

Cela démontre que le gouvernement, en agissant dans la précipitation, rend son projet de plus en plus complexe et énigmatique.

La CGT demande le retrait immédiat de ce projet de loi et exige l’ouverture des négociations pour l’amélioration du système solidaire actuel sur la base de nos propositions.

ParCGT MEL

Une seule réponse s’impose : la mobilisation !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE INTERSYNDICAL

CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef, Unel

 

 

 

Les organisations syndicales de salarie.e.s et de jeunesse (CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, FIDL,  MNL, UNEF, UNL) ont pris acte de l’annonce par le Premier ministre, samedi dernier, en fin d’après-midi, d’utiliser l’article  49-3.

 

Cette procédure gouvernementale permet de faire passer sans vote, à l’Assemblée Nationale, le projet de loi portant sur le système de retraites par points.

 

Cela démontre l’impuissance du gouvernement à répondre aux interrogations sérieuses et légitimes des parlementaires à propos de ce projet incomplet, très approximatif, aux multiples inconnues.

 

C’est une nouvelle preuve, si celle-ci était nécessaire, que le gouvernement refuse le débat et veut faire passer en force ce projet de régression sociale minoritaire dans l’opinion publique.

 

Résultat de recherche d'images pour "49.3 retraites DESSIN"

Deux motions de censure sont désormais déposées et imposent au gouvernement de s’expliquer par un discours de politique générale.

 

Les organisations réaffirment leur opposition à ce projet et la nécessité de créer de nouveaux droits pour les salarie.e.s, les privé.e.s d’emploi, les étudiant.e.s, les lycéen.ne.s, les retraité.e.s.

 

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF appellent à poursuivre les actions sans relâche, sous toutes les formes décidées localement.

 

Elles appellent à multiplier, partout, localement, des rassemblements dès lundi 2 mars et à organiser des manifestations devant les préfectures et sous-préfectures le mardi 3 mars, y compris par le recours à la grève, au moment de ce passage en force au parlement, afin de signifier massivement avec force le rejet de ce texte.

 

Les mobilisations massives très importantes initiées depuis le 5 décembre n’ont pas été entendues par ce gouvernement mais le poussent à la faute.

 

Elles poursuivent et amplifient, dans ce cadre, la construction d’une grande journée de grève interprofessionnelle et de manifestations dans tout le pays, mardi 31 mars, pour mettre en échec ce projet de loi ainsi que les suites si nécessaire.

 

Résultat de recherche d'images pour "49.3 retraites ON EN VEUT PAS"