cnracl

Archives de catégorie Commissions Paritaires

ParCGT MEL

CHSCT Extraordinaire, Crise COVID

CHSCT Extraordinaire, Crise COVID

 

UN CHSCT extraordinaire s’est réuni mardi soir.

De nouvelles mesures sont mise en place :

 

Travail à distance :

À partir du jeudi 9 décembre et jusqu’au lundi 10 janvier :

  • les agents dont les missions sont télétravaillables doivent obligatoirement travailler à distance 3 jours par semaine ;
  • les agents dont les missions sont non télétravaillables maintiennent leur activité en présentiel ;
  • le taux de présentiel par direction est fixé à 50% pour Biotope et Euralliance ;

pour les agents dits vulnérables, le décret en cours reste applicable. Il n’y a pas de retour au confinement préventif.

 

Réunions : nouvelles modalités

Les réunions doivent s’organiser en priorité en distanciel. Si le présentiel est indispensable compte tenu de la nature de la réunion, la jauge est fixée à 4m² par personne.

 

 

Moments de convivialité :

Toutes les cérémonies, pots de départ et moments de convivialité sont désormais reportés.

 

Vaccination à la MEL

Dès le mois de janvier, vous pourrez vous faire vacciner au CMS. Un module d’inscription sera disponible sur Notre Sezam ! la semaine prochaine.

 

D’autres mesures sont prises, elles sont consultables sur Notre Sezam !

La CGT a approuvé ses dispositions

SOYEZ PRUDENTS !

 

ParCGT MEL

CT du 5 10 2021: Choix du mode de gestion de l’eau potable

Comité technique du 5 octobre 2021

 

Choix du mode de gestion de l’eau potable dans la métropole lilloise pour 2024 Intervention de la CGT MEL

 

 

Tout d’abord, la CGT tient à rappeler son opposition de principe aux délégations de service public.

Il est extrêmement choquant que nous ne passions pas plus de temps sur ce sujet stratégique pour la MEL et ses habitants, on parle d’un contrat de 10 ans à 65 millions d’euros par ans soit 650 millions ?

Les grandes entreprises comme Engie, Suez, Veolia, Dalkia… ont fait grâce à ces DSP des profits colossaux depuis des décennies sur le dos des usagers, c’est à dire de nous tous, profits qui ont considérablement enrichi leurs actionnaires !

En 2010, Martine Aubry réclamaient 115 millions euros au délégataire de l’époque, Eaux Du Nord qui, profitant d’un contrat déséquilibré, s’est gavé sur le dos des métropolitains via leur facture d’eau.

En 2016, la mauvaise blague continue : au lieu de créer une régie publique pour éviter de se faire voler à nouveau, les élus de la MEL décident de lancer un appel d’offre pour « soit-disant » faire jouer la concurrence entre délégataires. Et au final, combien de délégataires ont été mis en concurrence ? 5 ? 3 ? 2 ? Non, 1 ! Ne restant plus que Véolia, les élus de l’époque ont bien été forcé de choisir cette entreprise. Aujourd’hui, le choix sera encore plus simple : Veolia étant en train de racheter Suez pour le plus grand malheur des salariés de Suez et pour le plus grand profit de son patron Antoine Frérot, ami de Macron qui a permis ce rachat, vous n’aurez le choix qu’entre Veolia et Veolia ! N’avez-vous pas appris des erreurs du passé !

 

 

« L’eau est un bien vital, pas une marchandise » comme le clame le collectif eau pour une régie publique et les premiers m³ gratuits auquel la CGT participe. Elle devrait être accessible à tous et non pas servir à enrichir des rentiers.

Le président Castelain veut mettre en place une culture de la recette, qu’à cela ne tienne !

Qu’attend la MEL pour passer en régie la distribution d’eau, les transports, la collecte des déchets…etc : les profits générés n’iront plus dans la poche des rentiers mais dans celle de la MEL qui pourra les réinvestir par exemple pour :

Améliorer réellement le rendement du réseau de distribution d’eau qui est de 84,5 % avec Véolia quand celui de la régie publique de Paris est de 91,3 %: combien de millions de m³ perdus dans la nature, au moment même où on nous dit que l’eau manque ?

Améliorer le traitement de l’eau et l’élimination des polluants ;

Baisser le prix de l’eau pour les plus démunis en offrant les premiers m³ qui sont indispensables ;

Acquérir les technologies et savoir-faire qui nous manquent par rapport aux entreprises privées pour ne plus avoir à s’en remettre à elles.

 

 

J’ai parcouru vos documents sur le choix du mode de gestion et j’ai le sentiment d’être, une fois de plus, face à un copier-coller qui dit la DSP c’est bien, la régie c’est mal.

Je rappellerai juste ceci aux élus, croire que l’on transfère les risques au délégataire est illusoire : quel que soit le mode de gestion, c’est vers la MEL que les usagers vont se tourner. Et la régie publique est le seul mode de gestion qui permet à la MEL de vraiment décider.

Quand un délégataire perd de l’argent avec un contrat, soit il n’effectue plus qu’une partie de ce qui est prévu soit il revient négocier un avenant à quelques millions d’euros qui est souvent voté par la MEL sans même qu’elle essaie de négocier…C’est toujours comme ça quand on est pieds et poings liés avec un délégataire dont on ne peut se passer…

De plus, nous aimerions connaître le montant des pénalités qui ont été appliquées au délégataire actuel pour non-respect de ses obligations contractuelles, car il nous a été rapporté que contrairement à ce qui est marqué dans les documents fournis, elles étaient rarement appliquées ! Et que donc, ce soi-disant avantage de la DSP par rapport à la régie n’est que du vent !

 

– Quid de l’augmentation du prix de l’eau pour les gros consommateurs d’eau (entreprises) ?

– Qu’est-ce que la gestion dynamique des ressources ? (PPT P7)

– Quel est le pourcentage de renouvellement du réseau par an ? 1 % est un minimum si on veut remplacer son réseau tous les cent ans au moins…

– Page 17 : risque de divergence stratégique MEL /EPIC ??? Seulement si les élus deviennent schizophrènes!

– Page 19 : Qu’en est-il de la reprise du système d’information qui devait être facilitée avec le contrat Iléo ? Et qui serait un point négatif en cas de régie ?

– Page 20 : charges de sièges veut dire rente des actionnaires de Véolia/Suez…

– Page 21 : Quid de la transparence obtenue avec la société dédiée Iléo ?

– le scénario d’adhésion au SIDEN SIAN (Noréade) n’apparaît plus ? Pourquoi ?

 

 

Par ailleurs, quand la MEL a-t-elle fait un VRAI comparatif entre la régie et la DSP ? Ne serait-il pas temps de refaire un grand débat sur l’eau qui, cette fois-ci, associe tous les citoyens de la MEL à un sujet qui nous concerne tous et puisse réellement éclairer les élus sur les enjeux ?

Quand la MEL se décidera-t-elle à entrer dans le 21ème siècle et rompre avec les pratiques du passé, à prendre exemple sur ce qu’a fait Paris plutôt que de persévérer dans un modèle obsolète ?

Au moment du choix de la DSP pour la distribution d’eau, il y a 6 ans, on nous disait que cette DSP auprès d’Iléo permettrait de passer en douceur vers une régie si la MEL le souhaitait : aujourd’hui, vous n’étudiez même pas sérieusement la question !

Elus de la MEL, je vous invite à réfléchir réellement sur ce sujet majeur.

Quant à nous, CGT, pour toutes les raisons invoquées nous voterons contre la délégation de service publique de distribution d’eau.

ParCGT MEL

Retour sur le Comité technique du mardi 4 février 2020

L’écho CGT du CT

Retour sur le Comité technique du mardi 4 février 2020

Modification du règlement intérieur

Les modifications du Règlement intérieur qui nous ont été présentées ont principalement consisté à intégrer au présent règlement les délibérations ou dispositifs mis en oeuvre à la MEL depuis la première version.

Nos interventions ont porté principalement sur la question de l’accès au restaurant de Biotope pour nos collègues d’Euralliance, qui n’est pas considéré comme site extérieur par le Règlement intérieur modifié présenté en séance. Il précise que nos collègues doivent effectuer le trajet Euralliance – Biotope sur leur temps personnel. La pause méridienne légale étant de 45 minutes, ces agents n’auront pas le temps nécessaire pour se restaurer à Biotope.

La CGT a demandé qu’une autre rédaction soit proposée et que l’article en question soit supprimé.

Jean-Louis FREMAUX, président du CT, confirme la nécessité de pouvoir proposer aux agents d’Euralliance une restauration collective dans un périmètre raisonnable, sans voiture et accessible financièrement. Nous avons appris en séance qu’une étude lancée par les RH est par ailleurs en cours sur le sujet.

Nous avons rappelé que nous avons, le 30 janvier dernier, remis au président Damien CASTELAIN un cahier de revendications complet sur la mise en place de titres-restaurant à la MEL, et pour nos collègues des sites extérieurs en particulier.

La CGT s’est abstenue

Charte de confidentialité

Cette charte vient renforcer la confidentialité pour les dossiers et relations RH.
La CGT a émis un avis favorable.

Modifications d’organigramme

 

 

Pôle Administration – Direction Achat et Logistique – Service Logistique

L’Administration propose de modifier le périmètre du service Logistique, dans la perspective de créer un SAS à Biotope, pour permettre l’acheminement du matériel spécifique et volumineux. Nous avons alerté l’Administration sur les difficultés, pour nos collègues de ce service, de manoeuvrer sur place. Selon nous, la zone est très contrainte et démontre, une nouvelle fois, que Biotope n’est pas compatible avec nos besoins ! Par ailleurs, le SAS dans lequel ces agents vont travailler pose des problèmes de conditions de travail (courants d’air, froid).

La CGT reste vigilante quant aux conditions de travail des agents du service Logistique, qui seront situés dans le nouveau SAS.

La CGT a voté CONTRE

Pôle Secrétariat Général – Direction Ingénierie Juridique et Logistique – Service Logistique
La CGT s’est abstenue

Pôle RSMT – Direction des Déchets Ménagers – Service Déchets Ménagers

Si, dans la présentation, la méthode pour réorganiser la direction des Déchets ménagers semble s’améliorer, la CGT reste très vigilante quant au résultat final de cette réorganisation. Nous avons réaffirmé le besoin de connaître des solutions alternatives pour les collègues que cette réorganisation aura placés dans une situation professionnelle défavorable. Nous avons rappelé qu’en cas de mobilité subie, c’est à l’employeur de trouver à l’agent concerné un poste correspondant à son grade, et non l’inverse !

Par ailleurs, nous avons fait remarquer qu’il serait plus opportun de présenter et voter ce projet de réorganisation après l’adoption du nouveau schéma directeur de la collecte, du tri, et du traitement des déchets, qui doit notamment définir les besoins en terme d’organisation et de personnel, et qui n’a toujours pas été voté par les élu.es de la MEL.
La CGT a voté CONTRE

En fin de Comité, Jean-Louis FREMAUX a tenu un discours d’adieu, remerciant l’ensemble des élu-e-s du personnel desquels il a beaucoup appris au long de ses mandats successifs, notamment notre regretté camarade Stéphane DUMEZ, dont Il a salué la mémoire.

Vos élu.es CGT au Comité technique :