cnracl

Archives de catégorie Vie de la MEL

ParCGT MEL

Convention de l’OIT, concernant l’élimination des violences à caractère sexiste et sexuel

 

 

Lutte contre les violences sexistes et sexuelles

Transposition de la Convention 190 de l’OIT dans le droit français

             Courrier à Damien Castelain

 

 

Monsieur le Président,

Vous le savez, la journée du 8 mars est dédiée, tous les ans, à la lutte pour les droits des femmes en France et dans le monde. Cette année 2021 lui confère un caractère particulier. Alors que la France arrive à faire face à la crise sanitaire en grande partie grâce à l’engagement des femmes, une hausse des violences domestiques à leur encontre a parallèlement été constatée, notamment durant les périodes de confinement décidées par le gouvernement.

En 2019, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) adoptait une norme internationale, la Convention N°190, qui concerne l’élimination des violences à caractère sexiste et sexuel dans le monde du travail. Arrachée par la mobilisation des femmes et le mouvement syndical, cette convention exige des États et des employeurs la mise en place de politiques systématiques de prévention et de protection des victimes, que ces violences aient lieu au travail ou dans le cadre domestique.

La Convention de l’OIT pointe, d’autre part, la nécessité d’accorder une attention particulière aux facteurs de risques exposant à la violence, comme le travail isolé, de nuit, et aux personnes en situation de vulnérabilité. Ces progrès majeurs ne pourront voir le jour que si cette convention est ratifiée par les États, dont la France.

Selon nous, cette ratification doit être l’occasion de changer la donne et de nous doter, en France, d’une législation de référence pour éradiquer les violences sexistes et sexuelles au travail et créer des droits pour les victimes de violences conjugales. Elle doit être le signe que « le jour d’après ne sera pas un retour au jour d’avant » !

Monsieur le Président, nous vous savons sensible à la cause des femmes. Le Conseil de la MEL a ainsi adopté, le 18 décembre dernier, un « dispositif interne de signalement des actes de violence, de harcèlement, de discriminations et d’agissements sexistes. »

En soutenant notre démarche auprès du gouvernement pour transposer cette norme internationale dans le droit français, vous permettrez à la France de se doter de tous les moyens humains et financiers nécessaires pour que cessent ces violences. Vous permettrez également que tous les employeurs du territoire, tous secteurs confondus, prennent exemple sur la MEL en la matière.

 

En France comme dans le reste du monde, les violences tuent, brisent et humilient les femmes. Elles sont au fondement des rapports de domination.

La ratification de cette Convention de l’OIT offre l’opportunité d’y mettre fin !

Nous vous remercions par avance pour la suite que vous donnerez à notre revendication et vous adressons nos cordiales salutations.

Pour le collectif Femmes de la CGT MEL,
Manoëlle WARTELLE

ParCGT MEL

Retour en image sur la manifestation du 19/02 devant Biotope

Retour en image sur la manifestation du 19/02 devant Biotope

Manifestation devant la Métropole Européenne de Lille pour défendre nos conditions de travail et dire NON au passage aux 1607 heures de travail par an !
.
.
Un grand merci à nos camarades de la CGT Esterra, l’UL CGT Lille, UD CGT NORD, la CGT Conseil Régional Hauts de France, la CGT Villeneuve d’Ascq, la CGT Ville de Lille, le groupe Métropole Ecologiste, Citoyenne et Solidaireainsi que les élu.es et parlementaires Adrien Quatennens, Ugo Bernalicis, Eric Bocquet et Patrick Proisy pour leur soutien !
.
ParCGT MEL

Le 19 février, dites NON à l’augmentation de votre temps de travail !

Les 1607 heures ne sont pas une fatalité !

Le 19 février, dites NON
à l’augmentation de votre temps de travail !

 

Les organisations syndicales de la MEL ont été invitées, vendredi 12 février, par le Vice-président aux Ressources humaines à une réunion de lancement du passage aux 1607 heures de travail par an au lieu des 1533 heures actuelles Vous avez tous été destinataires d’une newsletter spéciale vous informant de l’ouverture de « négociations. »

Vendredi dernier donc, Monsieur Mathon a d’emblée annoncé sa volonté – ainsi que celle de l’exécutif – d’appliquer avec zèle la loi de transformation de la Fonction publique à partir du 1er janvier 2022, confisquant ainsi une partie du dialogue social annoncé et les propositions éventuelles des organisations syndicales.

A l’inverse de plusieurs élus locaux qui ont manifesté leur volonté de s’opposer à l’application des 1607 h dans leur collectivité (Conseil départemental du Val-de-Marne, mairie de Bonneuil-sur-Marne, mairie de Chevilly-Larue, mairie de Fontenay-sous-Bois, mairie de Gentilly, mairie d’Ivry-sur-Seine, mairie de Villejuif, mairie de Vitry-sur-Seine, EPT « Grand-Orly Seine Bièvre…), l’exécutif de la MEL n’entend pas défendre le statut de ses agents. Pourtant, au-delà des dogmes, cela aurait pu être un signal fort pour l’ensemble du personnel mobilisé en toute circonstance afin d’assurer un service public de qualité.
Voilà encore une occasion manquée de restaurer la confiance perdue depuis 6 ans et de reconnaître comme l’a dit le Président dans son allocation du 8 janvier que les agent s métropolitains sont formidables ?

 

 

Les 1607 heures sont loin d’être inéluctables !

Dans la maison de Pierre Mauroy et de Martine Aubry, nous sommes prêts à mener la bataille pour le maintien des 1533 heures.

Que les choses soient claires : en l’absence de portage politique alternatif, nous serons obligé de choisir entre la casse des 35 heures, dernière grande avancée sociale et nos jours de congés (9 jours en 2022 !) qui représentent des décennies de conquêtes sociales !

Nous prévoyons un rassemblement, le vendredi 19 février, à l’occasion du Conseil de la MEL (rendez-vous à 16 heures dans le hall de Biotope) pour nous élever, collectivement, contre cette nouvelle attaque envers notre statut.

Soyons nombreuses et nombreux !