Pour des conditions de travail dignes à Biotope

ParCGT MEL

Pour des conditions de travail dignes à Biotope

TOUS ENSEMBLE ! 

Pour des conditions de travail dignes à Biotope

 

 

Si le débat public autour du bâtiment Biotope, s’est largement focalisé sur le coût du projet et les conditions de vente du siège actuel ; les conditions de travail au sein du futur siège de la MEL posent également de nombreux problèmes.

Des espaces de travail restreints

La MEL a fait le choix de localiser les 1400 agents du siège dans un bâtiment prévu pour les 940 salariés de l’Agence Européenne du Médicament.

En conséquence, les surfaces de bureau par agents sont nettement inférieures aux valeurs recommandées par la norme AFNOR (10m² par agent). De plus cette situation est aggravée par les partis pris en matière d’aménagement des locaux :

  • Le choix de consacrer de larges espaces au Hall d’accueil (950 m²), à des promenades, se fait au détriment des espaces de travail attribués aux agents,
  • L’aménagement de grands open spaces constitue une source supplémentaire de dégradation des conditions de travail : bruit, deshumanisation des lieux de travail, difficultés de concentration, etc.

Un accès à la restauration limité et difficile

Le restaurant administratif sera situé au 7ème étage du bâtiment Biotope et comportera 100 places de moins que le restaurant actuel.

Par ailleurs, il sera desservi par seulement deux ascenseurs, alors que le restaurant actuel sert jusqu’à 1000 repas par jour.

 

Une galère pour le stationnement et les déplacements

La question de l’accès au siège (stationnement, déplacements) est un autre sujet épineux. En effet, le nombre de places de stationnement est inférieur aux besoins exprimés par les agents, notamment ceux des services techniques et des sites externes ayant besoin de se rendre au siège ; sans compter les difficultés de circulation aux abords du siège !

Jusqu’à présent, la MEL a fait le choix de mener des « concertations mascarades », sans apporter de réponses claires aux inquiétudes et aux revendications légitimes des agents.

Le choix récent d’étendre le télétravail de 150 agents à 900 agents d’ici 2020, montre bien la difficulté de notre Administration à trouver des solutions, alors qu’elle était prudente au départ sur ce sujet, qu’elle avait mis en place à titre expérimental.

 

Nous exigeons de revoir en profondeur l’aménagement du futur siège

 

  1. L’aménagement de Biotope doit garantir le respect de la norme AFNOR (10 m² par agent). Cela suppose de revoir à la baisse le nombre d’agents affectés au sein de Biotope, et de réduire fortement les espaces perdus (promenades).

En dessous de cette « jauge » la MEL doit revoir sa programmation ou trouver des espaces supplémentaires à proximité.

 

  1. L’aménagement en « tout open-space » doit être abandonné : l’espace entre les bureaux doit être élargi, des dispositifs (armoires, cloisons vitrées…) doivent être installés afin de réduire le bruit et d’aménager des espaces à taille humaine

 

Nous avons des propositions pour la restauration et le stationnement

 

 

La MEL doit mettre en place un véritable plan d’actions pour le déplacement des agents vers le siège : augmentation du nombre de places de stationnement, de la participation sur les abonnements de transports en commun, etc.

 

  1. Face au manque de places du futur restaurant administratif, la MEL doit attribuer des CHEQUES DEJEUNERS aux agents, notamment ceux des sites externes.

 

 

 La récente ouverture des NEGOCIATIONS sur l’organisation du temps de travail et sur l’ACTION SOCIALE à la MEL peut nous permettre de faire avancer ces revendications qui sont légitimes

 

 

La CGT MEL est disponible pour peser, avec vous, face à l’Administration, avec les AGENTS et les ORGANISATIONS SYNDICALES qui souhaiteront s’associer à la démarche.

 

Nous interpellerons nos élus le 5 avril, au Conseil de la MEL.

 

Nous organiserons prochainement des heures d’informations syndicales à la MEL et dans les sites externes pour échanger sur ces sujets.

 

 VENEZ NOMBREUX !

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator