cnracl

DAMIEN CASTELAIN : Des contre-vérités et de la poudre de perlimpinpin

ParCGT MEL

DAMIEN CASTELAIN : Des contre-vérités et de la poudre de perlimpinpin

ALLOCUTION DE DAMIEN CASTELAIN

Des contre-vérités et de la poudre de perlimpinpin

 

 

Lors de sa vidéo du 7 juin, Monsieur Castelain s’est permis beaucoup, voire trop de choses.

Dire que le dialogue social a été exemplaire relève de la tromperie. Dès le début, toutes les organisations syndicales hormis une avaient bien compris que ce dialogue était biaisé. Tout était joué d’avance et les rencontres avec les syndicats n’étaient là que pour faire croire à un « dialogue ». Preuve en est, l’attitude de M. Bernard envers notre syndicat : 35 minutes de retard lors de la première entrevue et un silence méprisant  devant nos propositions lors de notre seconde rencontre.

Quoi qu’il en dise,  les agents n’ont que très peu répondu aux sondages et encore moins d’agents ont pu réellement faire entendre leurs refus de cette réforme lors de rencontres.

Monsieur Castelain nous aurait donc fait quelques « concessions ».

Mais,

  • Sur la prime « télétravail »: Celle-ci n’est pas une prime et encore moins une augmentation de salaire. Elle est censée compenser les dépenses supportées par les agents dans le cadre du travail à son domicile. Cela est donc un devoir pour l’administration et non pas une avancée sociale. Et quid d’une prime transport pour les agents dits « non-télétravaillables » ?
  • Sur la « monétisation » du CET: les CET ne sont rien d’autre que le décompte d’heures supplémentaires effectuées pour compenser une désorganisation et des effectifs insuffisants. De plus, c’est une solution peu coûteuse pour la Mel.
  • Sur la restauration des sites extérieurs : D. Castelain entérine l’arrivée des salades décongelés, des sandwichs Sodebo et des plats microondables. Les agents des sites extérieurs doivent pouvoir accéder à la même qualité qu’à Biotope. Seul réel moyen, l’obtention pour tous les agents des titres restaurants.

 

 

Plus que jamais nous exigeons le report de la réforme, rien n’oblige le conseil métropolitain à précipiter la délibération sur les 1607h.

Nous demandons une entrevue avec Damien Castelain rapidement. Rappelons qu’il n’a jamais daigné nous recevoir en 7 ans de mandats.

Enfin, nous réclamons  l’ouverture de réelles négociations.

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator

Laisser un commentaire