Archives de catégorie Actu nationale

ParCGT MEL

Préservons la formation professionnelle des agents

Préservons le service public et la formation professionnelle de ses agents

 

 

 

Cet appel émane de l’Intersyndicale des organisations syndicales CGT, FO, SUD et UNSA du Centre National de la Fonction publique territoriale (CNFPT). Le CNFPT c’est 2392 agents publics au service de 1,8 millions de fonctionnaires territoriaux et les collectivités territoriales pour les accompagner dans leur formation professionnelle et leur évolution de carrière pour un meilleur service public auprès de la population.

Le CNFPT remplit une mission de service public au plus près des territoires. Etablissement unique et national, il est garant de l’unicité du statut de la fonction publique territoriale.Il repose sur le principe d’une cotisation dont la mutualisation permet l’égalité d’accès à la formation.

Le refus de l’abandon des services publics de proximité et l’exigence de garantir l’accès à la formation de tous les agents, quelle que soit la taille de la collectivité et quelle que soit le territoire (zone rurale, zone urbaine défavorisée, métropoles…) sont au cœur de l’action du CNFPT.

Il n’y a qu’une seule fonction publique territoriale : tous les agents des collectivités locales doivent avoir les mêmes droits à la formation professionnelle, le même accès au service public de la formation professionnelle.

Le gouvernement a présenté un projet de loi sur la fonction publique au conseil des ministres ce 27 mars 2019.

Ce projet de loi n’est pas un projet de « réforme » de la fonction publique, c’est l’organisation du premier plan social de 120.000 suppressions de postes de fonctionnaires, c’est la destruction du statut et du service public

Ce projet de loi, c’est :

– La généralisation de la précarité dans toute la fonction publique : « Contrats de projet » et « ruptures conventionnelles » comme dans le privé ; généralisation de contrats à temps partiel de quelques heures type « mini job » comme en Allemagne ou en Angleterre…

– La suppression du statut pour des dizaines de milliers de fonctionnaires renvoyés dans le privé : détachement d’office des fonctionnaires en CDI dans les services publics privatisés (art.26) ; indemnités de départ volontaire pour les fonctionnaires dont l’emploi est supprimé (art. 25); mobilité forcée sur un nouveau poste ou vers le privé en cas de restructuration de service (art.25)…

– La disparition du droit à la carrière et la généralisation de l’arbitraire et du favoritisme : généralisation de la rémunération individualisée ; quasi-suppression des CAP qui ne sont plus compétentes pour les avancements et la promotion…

– L’allongement immédiat de la durée du temps de travail : le projet de loi impose le passage aux 1 607 heures. C’est une nette régression des acquis obtenus grâce au dialogue social en termes de temps de travail.

 

 

Le projet de loi « Transformation de la Fonction Publique », c’est la privatisation du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT).

L’outil de formation professionnelle des fonctionnaires territoriaux, le CNFPT est particulièrement visé par le projet de loi.

Le gouvernement veut transformer le CNFPT en un Etablissement Public Industriel et Commercial (EPIC) par voie d’ordonnances sur la base d’un rapport parlementaire.

C’est la même méthode que celle pour la privatisation de la SNCF : rapport Spinetta/ projet de loi/ ordonnances.

La privatisation du CNFPT,

– C’est la fin d’un service public de formation professionnelle au service de la carrière des agents

– C’est la fin de l’égalité d’accès à la formation pour les agents des collectivités territoriales

– C’est la fin d’une formation professionnelle qui réponde aux besoins des agents. C’est une formation professionnelle uniquement au service des employeurs territoriaux sur ce qui serait rentable, car les collectivités sont elles-mêmes confrontées à des coupes budgétaires drastiques, et non plus une formation adaptée aux besoins des agents pour rendre un service au public de qualité

Notre action s’inscrit dans le cadre général de la mobilisation des fonctionnaires et de leurs fédérations pour le retrait du projet de loi et l’abandon du rapport parlementaire sur le CNFPT.

Nous vous invitons à prendre part aux futures mobilisations contre les plans destructeurs du gouvernement, à signer et faire signer la pétition :

 

Pour le retrait du projet de loi de « Transformation de la fonction publique » et l’abandon du rapport parlementaire sur le CNFPT.

 

Prochaine mobilisation le 9 mai 2019 dans toute la France!

 

ParCGT MEL

Amplifions la mobilisation pour défendre notre statut

 

POUR LA FONCTION PUBLIQUE
AMPLIFIONS LA MOBILISATION

 

 

 

Les organisations syndicales CFTC CGC CGT FAFP FSU Solidaires UNSA de la Fonction
publique affirment de nouveau leur attachement aux valeurs du service public et à une
Fonction publique au service de toutes et tous, porteuse de l’intérêt général.

Depuis de nombreux mois, en dépit de leurs revendications et propositions, elles
constatent que le pouvoir exécutif poursuit une politique néfaste pour la population, pour les missions publiques et pour les agent.e.s. Le gouvernement pratique le double langage en prônant la modernisation de la Fonction publique et le respect des agent.e.s
public.que.s, alors même qu’il ne revalorise pas leur rémunération, qu’il supprime des
postes et veut affaiblir leurs droits et garanties.

Les personnels, avec leurs organisations, n’acceptent toujours pas le gel de la valeur du
point d’indice et les pertes considérables de pouvoir d’achat, le rétablissement du jour de
carence et les 120 000 nouvelles suppressions d’emplois envisagées.

A de multiples reprises, nos organisations se sont opposées à ces mesures et ont mis sur la table des propositions alternatives.

 

Poursuivant leur passage en force, toujours sans écouter les organisations syndicales, le
Président de la République et le gouvernement comptent faire adopter au Parlement, d’ici
au début de l’été, une loi dite de transformation de la fonction publique dont nombre de
dispositions ont une portée très grave tant pour les agent.e.s et les citoyen.ne.s que pour
l’avenir de la Fonction publique.

Il en est ainsi, par exemple, de la mise en place d’une instance unique en lieu et place des
comités techniques et CHSCT, instance qui va diluer et amoindrir les actions dans des
domaines essentiels de la sécurité et de la vie au travail. C’est aussi le cas avec la
suppression des compétences des CAP en matière de promotion et de mobilité, mesure qui va favoriser une gestion opaque et priver les personnels de recours contre l’arbitraire.

Avec le recours accru à tous les niveaux au contrat, c’est l’égalité d’accès aux emplois
publics et les garanties de neutralité de l’agent public qui sont menacées, tandis que la
précarité sera encore aggravée avec des contrats de mission à durée déterminée pouvant
être rompu à tout moment.

Après des communiqués unitaires, après le boycott des Conseils Supérieurs et du Conseil
Commun convoqués dans des conditions peu respectueuses des organisations syndicales, après que toutes les organisations représentatives de la Fonction publique aient donné un avis défavorable au projet de loi dit de transformation de la fonction publique, les organisations CFTC CGC CGT FAFP FSU Solidaires UNSA réaffirment leur volonté de mettre en oeuvre un processus de mobilisation inscrit dans la durée pour exiger du gouvernement qu’il retire ce projet de loi et qu’il ouvre enfin des négociations sur de nouvelles bases.

Elles confirment leur engagement dans l’organisation de rassemblements devant les
préfectures le jour du passage du projet de loi au Conseil des ministres le 27 mars et à Paris, place Chassaigne-Goyon entre 12 et 14h.

Elles se reverront le 8 avril pour poursuivre la mise en oeuvre de ce processus.

D’ores et déjà, elles appellent les agent.e.s à faire du jeudi 9 mai une étape forte de ce
processus par une journée d’action et de grève.

Les organisations à ce stade non signataires du présent communiqué ont prochainement
des réunions d’instance et elles arrêteront dans ce cadre leur position quant à ce processus d’action.

 

ParCGT MEL

Après le succès du 19 mars, répondre aux exigences sociales. Il y a urgence !

Répondre aux exigences sociales. Il y a urgence !

 

Philippe Martinez, secretaire general de la CGT et Yves Veyrier, secretaire general de FO, Force Ouvriere.
Nicolas TAVERNIER/REA

Le succès de la mobilisation du 19 mars a rassemblé plus de 350 000 manifestants dans toute la France et s’est concrétisé par de nombreuses grèves et actions dans les entreprises, les services, l’éducation, etc.

Elle illustre la détermination des salariés, retraités, privés d’emplois à faire entendre leur voix et leurs revendications pour pouvoir vivre de leur travail, de leur retraite, pour plus de justice sociale.
Le patronat et le gouvernement ignorent la juste colère qui s’exprime et répondent par le mépris, la répression ou la restriction des libertés. En cela, ils portent une responsabilité historique dans l’épisode de crise majeure traversée par le pays.

Ça suffit ! Après le temps du blabla gouvernemental, il faut maintenant répondre aux légitimes revendications qui s’expriment tous les jours.

Cette colère porte bien des revendications précises et des perspectives de progrès social, pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, pour l’augmentation du Smic, des salaires, des points d’indice et des pensions, pour la défense et le développement des emplois, du potentiel industriel et des services publics, etc.

 

C’est aussi une soif de démocratie, afin de compter dans sa vie de citoyen mais, également, sur son lieu de travail.  

Il s’agit bien non seulement de défendre les intérêts des travailleurs mais, aussi, de l’intérêt général et de celui des générations futures en liant les enjeux sociaux et environnementaux.

Les luttes et actions qui se multiplient dans les territoires, dans le privé, dans le public, notamment lors des mardis de « l’Urgence sociale », ont contribué au succès de la mobilisation interprofessionnelle et unitaire d’aujourd’hui.

La CGT poursuit son engagement dans la construction de fortes mobilisations avec les salariés, retraités, privés d’emplois, au plus près de leurs aspirations pour obtenir la satisfaction des revendications. La lutte continue !