cnracl

Archives de catégorie Actualité

ParCGT MEL

Rendez nous la fête de Noel !

Rendez nous la fête de Noel !

 

Afin de faire entendre NOTRE voix à tous et à toutes, rendez vous le vendredi 7 octobre dès 15h30 devant la salle du conseil du Biotope pour interpeller l’ensemble des élus métropolitains sur ce sujet.

 

 

La Commission Noël vous propose le traditionnel Arbre de Noël de la MEL le mercredi 14 décembre 2022 de 14h à 18h à Lille Grand Palais.

 

Afin de ravir petits et grands, KERMILAND SUR GLACE, le plus grand parc d’attraction couvert fait son grand retour. En plus des manèges, stands de maquillage, structures gonflables, … une immense patinoire viendra compléter la liste des attractions.

 

Cette année 2022 est néanmoins marquée par la suppression de la demi-journée de congés accordée aux agents pour profiter d’un moment de convivialité en famille. Afin de limiter l’impact de cette décision et éviter de faire subir ce choix à vos enfants, nous permettrons des accompagnants extérieurs majeurs.

 

 

Nous avons fait de nombreuses propositions au Vice-Président aux Ressources Humaines afin de maintenir ce droit (proposition de co-organiser la fête de Noël, proposition d’en faire un événement ouvert à tous les agents), mais seule une petite souplesse d’aménagement d’horaire a été retenue par la RH ; dont elle doit préciser les modalités pratiques.

 

Afin de faire entendre NOTRE voix à tous et à toutes, les membres du Conseil d’Administration du CAS se tiendront le vendredi 7 octobre dès 15h30 devant la salle du conseil du Biotope pour interpeller l’ensemble des élus métropolitains sur le sujet et distribuer la lettre ouverte que vous trouverez en pièce-jointe.

 

À ce titre, tous les agents qui souhaitent apporter leur soutien à cette démarche sont les bienvenus devant la salle du Conseil pour accompagner les élus du CAS.

 

Julie VAN EECKE

Responsable de la Commission Noël

ParCGT MEL

Pétition pour une revalorisation du RIFSEEP et des embauches

 

PRIMES + 10% – 100 euros minimum 

Et des embauches !

 

 

Le pseudo dégel du point d’indice de 3.5 % de cet été dans un contexte d’inflation galopante n’est pas à la hauteur des attentes des agents d’autant qu’il fait suite à une augmentation sans contrepartie du temps de travail avec les 1607 heures.

La MEL a pourtant déplafonné en juin la prime RIFSEEP liée aux fonctions jusqu’à 3500 pour les postes de direction supposés en tension (uniquement pour les nouveaux recrutés). Pour faire passer la pilule, Le Vice-président Christian Mathon s’est engagé à revoir les régimes indemnitaires de l’ensemble des catégories rapidement. Mais à ce jour, rien n’a été fait malgré l’urgence sociale à protéger le pouvoir d’achat des agents métropolitains.

Par ailleurs, l’inflation qui grignote les rémunérations accentue le déficit d’attractivité des emplois publics. On constate des difficultés à recruter et un sous-effectif chronique tant dans les sites extérieurs qu’au siège.

 

 

Nous demandons une revalorisation immédiate des rémunérations des agents métropolitains pour faire face à la crise inflationniste. Nous demandons une augmentation de 10% des primes liées au grade et aux fonctions pour l’ensemble des agents avec une augmentation d’au moins 100 euros nets pour chacun d’eux au final sur la fiche de paie.

Nous demandons également qu’un travail de fonds soit rapidement engagé avec les organisations syndicales pour mieux identifier les besoins de recrutement et adapter le régime indemnitaire pour permettre de résorber le sous-effectif chronique auquel sont confrontés certains services métropolitains.

 

Pour signer la pétition : > ICI <

 

ParCGT MEL

Ca fait longtemps que la Fonction publique territoriale vit la « fin de l’abondance » !

Ca fait longtemps que la Fonction publique territoriale vit la « fin de l’abondance » !

Le 29 septembre, on se mobilise !

 

 

 

- une perte de salaire de l’ordre de 15 % depuis 2010,

- un point d’indice – dégel à mettre à l’actif de la lutte de la CGT depuis des années – au regard d’une inflation dépassant largement les 6,5%, des sous-effectifs permanents, des manques de moyen pour exercer nos missions, d’où des conditions de travail dégradées, un recours accru aux contractuel.les

 Et pour couronner le tout : l’augmentation du temps de travail (à 1607 heures), la destruction programmée du statut de la Fonction Publique par la loi Dussopt du 6 août 2019.

Alors qu’en 2021, 70 milliards d’euros ont été versés aux actionnaires des entreprises du CAC 40, soit 15 % de plus en un an, l’augmentation de 3,5 % du point d’indice pour une rémunération de 1500 € nets, c’est 50 € de plus pour les agents territoriaux !


C’est une véritable provocation et un mépris sans nom !

On voit bien pour qui est l’abondance alors que la paupérisation
des agents publics se poursuit encore et toujours !

La stagnation des carrières est également flagrante !

 

La situation actuelle de tassement des carrières est le fruit des choix et de la responsabilité des gouvernements successifs, reproduisant chacun les mêmes recettes des mesurettes catégorielles créant les inégalités, les frustrations et les divisions d’aujourd’hui.

Dernière en date, à l’instar de la catégorie C, le relèvement des échelons de base de la catégorie B, pour les élèver au-dessus du smic, créant de fait un ralentissement de l’évolution de la carrière de cette catégorie et provoquant le tassement de l’ensemble des grilles de rémunération.

La seule réponse adéquate et attendue à cette colère des agents est bien et l’augmentation conséquente du point d’indice immédiate de 10% et le rattrapage de la perte du pouvoir d’achat cumulée depuis les vingt dernières années.
Tous les services à la population subissent les conséquences du désengagement de l’Etat.
La santé, l’éducation, le secteur social et médico-social, les services départementaux d’incendie et de secours font l’actualité mais toutes les autres missions de services publics dans les mairies, les départements et les régions subissent également le résultat
des politiques menées depuis des dizaines d’années, aggravées par Macron.

Face à la liquidation programmée de nos services publics, de la fonction publique, face au mépris et aux provocations, une seule réponse possible :

nous mobiliser !

 

 

Déjà des actions ont eu lieu depuis le début du mois de septembre : la forte mobilisation pour la journée nationale des Atsem le 5 septembre, des actions locales pour la Petite enfance notamment et d’autres actions locales qui vont se poursuivre.
C’est en ce sens et forte de toutes ces actions que la fédération CGT des Services publics appelle l’ensemble des salariés, agents publics, fonctionnaires, à participer massivement à la journée de grève et de mobilisations le 29 septembre pour exiger toutes et tous ensemble, le même jour :
• 10 % de temps de travail en moins ;
• 10 % d’effectif en plus ;
• 10 % d’augmentation indiciaire et salariale ;
• 10 % de temps de formation ;
• L’abrogation de la loi de Transformation de la Fonction publique.

Tous ensemble, faisons du 29 septembre une étape visible dans la construction du rapport de force, pour en finir avec la vie chère et cette politique entièrement tournée contre nos droits.