cnracl

Blog

ParCGT MEL

Courrier à D. Castelain, mise en place du télétravail à la Mel

 

Courrier à D. Castelain, mise en place du télétravail à la Mel

 

 

Accord local relatif à la mise en place du Télétravail et du droit à la déconnexion à la Mel

 

Monsieur Président,

 

Le 23 juillet dernier, nous avons signé un accord avec la Ministre de Monchalin, relatif au telétravail dans la fonction publique.

Il s’agit d’un accord prescriptif qui amène des évolutions importantes mais insuffisantes du décret de 2016, et surtout oblige les employeurs publics locaux à négocier des accords locaux.

 

 

Il vient compléter les dispositions de la loi n° 2019-828 du 6 août 2019 dite de transformation de la Fonction publique et l’ordonnance n°2021-174 du 17 février 2021 relative à la négociation et aux accords collectifs dans la Fonction publique.

 

Ainsi, de par notre représentativité de 60,59 % (42,21 pour la Cgt et 18,38 pour les Autonomes) aux élections de 2018, nous exigeons de négocier un accord local sur le télétravail.

 

Il s’agira d’un accord global prenant en compte l’ensemble des thématiques et enjeux liés au télétravail et au droit à la déconnexion.

 

Dans l’attente diligente de vos propositions de calendrier pour ce faire, et respecter ainsi les dispositions légales qui vous sont imposées, nous vous prions, Monsieur le Président, d’agréer nos sincères salutations.

 

Pour la CGT MEL

Le Secrétaire général

Frédéric PARISOT

Pour les Autonomes MEL

Le secrétaire général

Claude COLPAERT

 

ParCGT MEL

Une rentrée des classes dans le flou

Une rentrée des classes dans le flou

 

 

Alors que la rentrée scolaire aura lieu ce jeudi 2 septembre, le ministre de l’Education nationale a indiqué dans la presse que celle-ci se déroulerait sous le scénario 2 parmi les quatre envisagés.

Les organisations syndicales ont échangé avec le ministère afin de clarifier certains points de ce protocole

La CGT accueille positivement le pas en arrière du ministère quant à « l’éviction » systématique des élèves non vacciné·es d’une classe en cas de cas positif mais seulement celles et ceux considéré·es comme cas contact.
Quand on sait que ce sont dans les milieux les plus défavorisés que le taux de vaccination est le moins élevé, cette mesure était socialement discriminante, il était urgent de l’assouplir.

Toutefois, aucune réponse n’a été apporté sur la définition des cas contacts ni proposition alternative de dépistage systématisé afin d’éviter au maximum cette « éviction ».

Beaucoup d’autres questions restent tout de même en suspens

Jean-Michel Blanquer fait beaucoup de discours d’intention notamment sur des campagnes de vaccination auprès des jeunes mais comment seront-elles organisées concrètement ?

Au-delà des mesures habituelles de nettoyage, aucune information n’a été donnée sur un budget pour installer des capteurs de CO2 et purificateurs d’air.

Concernant les capteurs, le ministre a laissé entendre dans les médias qu’il voulait les généraliser. Leur installation dépendrait des collectivités locales.

Pour éviter une inégalité territoriale en la matière, l’État doit les financer

Le ministre souhaite qu’il y ait le moins de brassage possible d’élèves mais cette question est corrélée à celle du nombre de personnels pour encadrer les élèves dans la période et notamment dans le 1er degré en cas d’absence de personnels enseignants.

Bon nombre de questions sont restées sans réponses :

  • ASA pour les personnels à risque ou garde d’enfant,
  • stages pour les élèves de la voie professionnelle,
  • sorties scolaires,
  • personnels de l’éducation soumis à l’obligation vaccinale du fait de leurs fonctions..

le ministère renvoie à la future parution de la FAQ…à quelques jours de la rentée.

La CGT avait revendiqué un plan d’urgence pour l’École avec des moyens humains et matériels suffisants pour aborder cette rentrée sereinement

Il n’en est rien et les élèves, comme les personnels, auront toutes les chances de se retrouver déboussolés par tant de flous et de manques. Une fois de plus, le ministère n’a pas été à la hauteur des attentes.

C’est pourquoi, au-delà de la situation sanitaire, qui a démontré l’absolue nécessité d’un plan massif d’investissement pour l’école, la CGT et l’intersyndicale, appelle les personnels à se mobiliser dès la rentrée et à se mettre en grève massivement le 23 septembre pour construire une mobilisation dans la durée.

ParCGT MEL

Courrier à M. Castelain, CHSCT du 17 aout

CHSCT extraordinaire du 17 août 2021

 

Monsieur le Président,

Par courrier du 10 août dernier, la CGT MEL faisait part à Christian Mathon, vice-président en charge des Ressources humaines, de ses inquiétudes quant à l’évolution estivale de la situation sanitaire qui justifiait à nos yeux l’organisation urgente d’un CHSCT. Dans un contexte de propagation du variant delta et malgré une progression de la vaccination, nous exigions de la MEL qu’elle sursoie à son plan de reprise, qui prévoyait initialement un retour en présentiel intégral pour nos collègues dès le 23 août.

La MEL a répondu en partie à notre demande en organisant ce mardi 17 août un CHSCT. Mais, dans le même temps, nous recevions un courrier du vice-président confirmant le retour à 100% dès le 23 août. Le 17 août, avant même la tenue du CHSCT, la newsletter « MEL et Nous » publiait une confirmation de ce plan de reprise, coupant ainsi court à tout débat sur les modalités de reprise. Pourtant, nous étions légitimes à inscrire ce point à l’ordre du jour !

Pire encore, la MEL a détourné notre demande de réunion au profit de la mise en place du Passe sanitaire, seul point figurant à l’ordre du jour du CHSCT.

La MEL ne nous a donc répondu que sur la forme : elle s’est donc contentée du « minimum syndical » (sic), en ne consultant les partenaires sociaux que sur la mise en place du Passe sanitaire, comme la loi l’y oblige.

 La CGT s’est toujours prononcée pour la vaccination à grande échelle, gratuite, en France comme dans les pays pauvres ; elle revendique de rendre publics les brevets détenus par les grands groupes pharmaceutiques, dont beaucoup sont financés par de l’argent public. Le COVID frappe en priorité les populations les plus fragiles. A travers le passe sanitaire, le gouvernement stigmatise et menace les salariés, sans jamais remettre en cause les politiques austéritaires qui frappent notre système de santé, ni mettre à contribution les grandes entreprises, qui ont été les grands bénéficiaires de la pandémie.

Lors de ce CHSCT, nous avons réitéré notre demande d’inscription à l’ordre du jour d’un report du retour en présentiel. Nous nous sommes appuyés sur le communiqué de presse publié par le Préfet du Nord le même jour, et qui indiquait aux acteurs publics un taux d’incidence multiplié par 7 dans le département. Alors même que de nombreux nordistes sont encore en vacances dans le sud de la France ou sur la côte atlantique, où les chiffres sont particulièrement inquiétants, il est indéniable que la situation devrait empirer dans les jours prochains.

 

Mais notre demande a été balayée d’un revers de main par la DGA RH, sous prétexte que le plan de reprise avait été validé lors du CHSCT du 20 mai dernier, et que selon le centre médico-social, les taux de vaccination chez les collègues de la MEL étaient rassurants. Sauf qu’au mois de mai, la situation sanitaire était nettement plus favorable que celle de la fin du mois d’août !

Monsieur le Président, vous conviendrez que ces décisions ne tiennent plus dans le contexte sanitaire actuel. Malheureusement, la MEL semble une nouvelle fois bien plus prompte à mettre en œuvre un dispositif qui fait peser sur les agents des menaces de sanctions (suspension) que d’appliquer le principe de précaution, sur lequel nous basons nos revendications.

Face à cette mascarade de dialogue social, notre organisation a préféré quitter le CHSCT. Nous ne cautionnons pas ces méthodes, que nous tenions à vous faire remonter.

Mais visiblement, notre départ précipité a porté ses fruits et donné de l’audience à nos revendications puisqu’un nouveau CHSCT est prévu le 25 août prochain, autour de deux points à l’ordre du jour :

  • la mise en œuvre du passe sanitaire ;
  • la situation sanitaire.

En tant que responsable légal de la santé et de la sécurité des agents des agent.es de la MEL, nous vous alertons, Monsieur le Président, à nouveau sur le principe de précaution qui doit prévaloir en cette période incertaine et la nécessité de reporter la reprise en présentiel à 100%.

Nous vous demandons également de nous fournir pour cette date la liste des poste concernées par le passe sanitaire, et des agents supposé le contrôler, comme la loi vous l‘impose, afin notamment de préciser les fiches de poste et d’intégrer ces nouvelles contraintes dans les DUERP.

Je vous prie, Monsieur le Président, d’agréer l’expression de mes sentiments distingués.

Pour la CGT MEL,

Le Secrétaire général

Frédéric PARISOT