CAS : coalition pour le pouvoir

ParCGT MEL

CAS : coalition pour le pouvoir

CAS coalition pour le pouvoi
 



Déclaration des élus CGT

 

 

Aux membres du Conseil d’Administration

du Comité d’Action Sociale

Ce mardi 8 décembre, nos collègues se sont exprimés massivement avec près de 70% de participation au scrutin.

Ils ont démontré ainsi leur attachement à notre Comité d’Action Sociale, ils ont reconnu le travail effectué par l’ensemble des élus du CA et le travail des collègues nombreux engagés dans les différentes commissions, c’est un gage de confiance pour nous tous.

Le résultat de la CGT, avec une progression importante, exprime avec force une volonté de changement et souhaite qu’une nouvelle dynamique porteuse de nouveaux projets voit le jour.

 

Il est évident que le résultat traduit la volonté d’imprimer un nouveau rôle à notre Comité. Ces projets doivent maintenant se traduire dans les faits.

 

Des choix répondant aux aspirations des agents doivent être faits.

 

Plus dynamique, plus attentif aux intérêts et préoccupations des uns et des autres, c’est le travail que nous proposons de mettre en œuvre ensemble, tous ensemble, dans ce nouveau conseil d’administration.

 

En accordant une confiance accrue envers les candidates et les candidats CGT, la majorité des agents a approuvé cette démarche responsable, déterminée et offensive.

 

C’est dans ce contexte totalement nouveau que notre organisation syndicale confirme son intention de prendre ses responsabilités sur des bases claires et collégiales.

 

Donc engager une action forte pour une réforme du système de financement du C A S.

 

Cette question, à elle seule, constitue la base déterminante qui conditionnera de véritables avancées possibles pour le CAS.

 

  • Révision des quotients familiaux ;

  • Réintégration des retraités (avec les subsides ou les subventions ad hoc, bien entendu) ;

  • Retour du domaine de Taysse dans la sphère de l’action sociale ;

  • Mise en œuvre d’un axe culturel plus fort ;

 

  • Mais aussi, une opposition ferme envers toute initiative mettant en cause les acquis et l’indépendance du CAS.

 

 

Nous rappelons à votre attention, d’une part, les courriers de Madame la Directrice Générale des Services sur la mise en œuvre d’une analyse comparative et, d’autre part, la lettre de Monsieur le vice-Président délégué aux ressources humaines sur les finances du CAS et son refus de procéder au versement des subventions qui nous sont dues.

 

Il y a lieu d’agir, d’autant que seule la CGT a exprimé clairement son désaccord sur ce diktat, à vous Monsieur le Président, mais aussi au Bureau et, enfin, solennellement au cours de notre dernier Conseil d’Administration.

 

Ces éléments doivent également être regardés dans une conjoncture en pleine évolution dont on ne connaît ni l’issue, ni le délai.

 

Nous souhaitons à cette occasion, et ce dans le seul intérêt de tous les agents, que le sens du vote démocratique qui vient de s’exprimer soit simplement entendu.

 

Nous souhaitons développer l’activité du CAS dans une gestion collégiale, comme nous le souhaitions déjà en décembre 2005, proposition qui, à l’époque, n’avait pu voir le jour qu’en décembre 2007, moment où nous avons du reprendre la Vice- Présidence aux Finances, et ce afin d’éviter une quasi-liquidation du CAS due aux errements de gestion.

 

Nous sommes profondément convaincus que Stéphane Dumez est le plus à même à mener, avec l’ensemble des élus de ce Conseil d’Administration, les négociations indispensables avec les différents partenaires du CAS, et notamment l’administration.

 

 

Nous proposons, en conséquence, la candidature de Stéphane Dumez en tant que Président du CAS.

 

Merci de votre attention.

Pour les élus(es) CGT

 

Etienne RULLIER

 

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator