La Redoute :Kering prévoit 700 suppressions d’emplois

ParCGT MEL

La Redoute :Kering prévoit 700 suppressions d’emplois

 

La Redoute :

Kering prévoit 700 suppressions d’emplois

 

 

manif-la-redoute.jpg 

Le groupe Kering, actionnaire de La Redoute, prévoierait la suppression d’environ 700 emplois, annonce faite ce mardi après-midi soit  plus de 20% des effectifs.

 

La CGT a confirmé la teneur de cette annonce faite mardi lors d’un groupe de travail direction-syndicats à Marcq-en-Baroeul.

Interrogé, un porte-parole de Kering (ex-PPR) s’est refusé à confirmer ces chiffres, tout en laissant entendre que la cession de La Redoute, mise en vente par son actionnaire, aurait « un impact significatif sur l’emploi« . 

 

La stratégie de Kering c’est de ne rien rendre public avant qu’un des repreneurs potentiels avec lesquels Kering a entamé des discussions cet été ne présente son projet devant un prochain comité d’entreprise, dont la date n’est pas fixée. On peut donc imaginer que le nombre de suppressions d’emploi soit la variable d’ajustement à la reprise.

Selon le journal Challenges, Kering est en discussion avec la foncière Altarea Cogedim et avec le fonds d’investissement OpCapita pour leur céder La Redoute.

A noter le soutien d’élus locaux notamment communistes de Roubaix et de Wattrelos aux salariés de la Redoute.

UD CGT NORD


 laredoute-manifest.jpg

Suppression de postes à La Redoute : la réaction de la sénatrice du Nord, Michelle Demessine

 

 

 

 

Ce mardi, les salariés de La Redoute manifestaient entre le Pavé de Lille à Wasquehal et la cité des entreprises à Marcq-en-Barœul pour faire face aux craintes pour leurs emplois inspirées par la mise en vente de la Redoute par le groupe Kering.

 

Ces craintes étaient fondées puisque pour la première fois, selon une source syndicale, des « impacts négatifs sur le plan social » sont évoqués.

 

Alors que La Redoute comptait 5 000 salariés en 2008 et n’en compte plus aujourd’hui que 2500, je veux assurer de mon soutien les salariés qui se sont mobilisés de manière exemplaire, pour le deuxième mardi consécutif, afin de sauver leurs emplois.

 

 

 demessine.jpg 

 

 

Des garanties pour la pérennité de leurs emplois doivent être trouvées au plus vite au risque d’achever le démantèlement de la filière de la vente à distance dans la région Nord-Pas-De-Calais.

 

Michelle Demessine, sénatrice du Nord

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator