Marche pour David, 4 ans, mort d’inexister

ParCGT MEL

Marche pour David, 4 ans, mort d’inexister

 

Marche pour David, 4 ans, mort d’inexister

 

 

Appel :

Après la mort lundi du petit David, 4 ans, dans l’incendie du camp de Rroms au rond-point Pasteur de Lille, l’ensemble des collectifs de soutien aux Rroms de la métropole et les organisations suivantes appellent à une marche en mémoire de David, et pour exiger des solutions dignes à la situation des Rroms de la métropole.

 

Samedi 13 juin, départ à 10h du siège de la MEL (communauté urbaine de Lille), 1 rue du Ballon, métro Lille Europe. Arrivée Place de la République.

 

Premiers signataires: ATD Quart-Monde, LDH, MRAP, Atelier Solidaire, Enfants de Don Quichotte, EELV, ‎PCF, PG, JC 59, Médecins du Monde, CSP 59, Ensemble, Epis,…

 

*La marche ‎comprendra une banderole unique, avec pour slogan « David, mort d’inexister »
Pas de drapeaux, merci

 

———————————

 

 

Ce lundi 8 juin 2015 après-midi, devant les ruines fumantes de cabanes dans lesquelles un petit enfant de 4 ans a perdu la vie, au bidonville du « Carrefour Pasteur » à Lille —devant ces ruines fumantes, comme devant toutes les habitations de fortune calcinées, dans des campements roms, partout en France, ces dernières années— la même question revenait aux lèvres des officiels et des journalistes : « Quelle était la cause du drame ? « .

 

L’incendie fatal était-il « accidentel » ? Se pourrait-il qu’il soit « criminel » ? La réponse est tragique : les deux.

 

Comment dans les conditions où vivent la grande majorité des Roms dans notre pays ne seraient-ils pas exposés à un accident ? Comment se prémunir du feu quand on doit s’éclairer à la bougie dans des maisons de carton, quand on cuisine au butagaz à côté de misérables murs en portes de placard, quand on doit chauffer au bois plusieurs abris à la fois ? On n’échappe pas au risque, au danger, dans ces conditions-là. Et la mort peut vous cueillir en moins de deux minutes, dans ces conditions-là. C’est la misère…

 

 

Mais l’incendie du Carrefour Pasteur à Lille, de ce lundi 8 juin 2015, est aussi criminel. Le petit David est mort d’inexister. Les migrants de culture rom sont ignorés ou tenus pour quantités négligeables par les pouvoirs publics de notre pays, avec application, avec résolution, avec préméditation parfois. On fait semblant qu’ils ne sont pas là, comme si leurs campements n’étaient que des bidonvilles-fantômes, témoins d’une ancienne ruée vers nos terres de cocagne. Ou bien, on les expulse des recoins où ils survivent, en espérant, poings serrés, doigts croisés, yeux fermés, qu’ils disparaîtront. Les responsables qui veulent bien soulever une paupière et les rares élus qui regardent les choses autrement constatent que ces migrants qu’on voudrait si volatils vivent chez nous depuis des années. Qu’ils ont l’intention d’y rester, d’autant plus qu’ils en ont le droit, s’ils trouvent un emploi et un toit décents. Que les expulser d’ici revient à les retrouver là, puis là et là encore.

 

Tant que l’ensemble des pouvoirs publics ne considéreront pas la réalité et ne seront pas résolus à s’occuper de cette question —certes compliquée, certes épineuse— les Roms seront victimes et notre société s’en portera plus mal.

 

Des expériences conduites par des associations, par des municipalités, des portes entrouvertes par des maires, des paris sur la confiance pris par des voisins de bidonvilles, un peu partout dans le Nord – Pas de Calais et ailleurs en France, montrent la voie. L’inexistence n’est pas une fatalité.

 

Bertrand Verfaillie
Membre du collectif Solidarité Roms de Lille-Métropole

 

 

 

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator