Halte à la souffrance au travail, halte à la répression syndicale à la MEL !

ParCGT MEL

Halte à la souffrance au travail, halte à la répression syndicale à la MEL !

Communiqué de presse

 

Halte à la souffrance au travail, halte à la répression syndicale à la MEL !

 

 

La CGT MEL tient à alerter la presse, les agents, les élus et les citoyens de la Métropole Européenne de Lille sur des faits inquiétants de souffrance au travail et de répression syndicale.

En effet, notre Etablissement public se voit appliquer, depuis 2014, des méthodes dignes du « management par la terreur » : réorganisations brutales et devenues permanentes, pressions sur les équipes, sanctions systématiques et arbitraires, ….

Ces méthodes managériales importées du privé ne sont pas sans effet sur la santé et les conditions de travail des salariés. En effet, plusieurs tentatives de suicide et un suicide (celui du secrétaire général de la CGT MEL, Stéphane Dumez) ont été enregistrés à la MEL depuis 2015. En outre, le bilan social 2017 fait état d’une augmentation de +25% des arrêts maladies, et longue maladie.

 

 

Dans le cas spécifique de Stéphane Dumez, une délégation d’enquête a été menée par un cabinet indépendant. Cette délégation d’enquête a mis en évidence de graves dysfonctionnements dans la prise en charge de sa situation par l’administration de la MEL. Cela a conduit la MEL à reconnaître le suicide de Stéphane DUMEZ en tant qu’accident de service.

Toutefois, l’administration de la MEL fait obstacle (en toute illégalité) à la communication, aux membres du CHSCT et à la famille de la victime, du rapport de la délégation d’enquête.

Pourquoi un tel manque de transparence ? Faudra – t – il que la CGT MEL porte plainte pour entrave,  pour faire valoir notre droit à avoir communication de ces documents ?

 

 

Par ailleurs, nous assistons, depuis plusieurs mois, à une véritable campagne d’intimidation visant plusieurs élus de la CGT : repositionnements brutaux, sanctions disciplinaires, atteintes à l’exercice du droit syndical, …

C’est parce que la CGT MEL propose une alternative au « management par la terreur », qu’elle est attaquée.

Ce durcissement de l’administration métropolitaine en direction de nos camarades est inadmissible, et particulièrement à l’approche des élections professionnelles du 6 décembre prochain. Il s’agit d’une véritable tentative de déstabilisation du syndicat.

L’ensemble de la CGT sera vigilante et répondra coup par coup chaque fois qu’un de ses membres sera attaqué.

Sur la situation spécifique de Stéphane Dumez, la CGT MEL sera amenée à communiquer, avec la famille, par voie de tract et de conférence de presse, le 11 décembre 2018, soit un an après son décès tragique.

 

Pour la CGT MEL,

Frédéric PARISOT

Secrétaire général

 

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator