cnracl

Augmentation du temps de travail à la MEL : faible mobilisation des cadres ou l’écran de fumée des RTT

ParCGT MEL

Augmentation du temps de travail à la MEL : faible mobilisation des cadres ou l’écran de fumée des RTT

 

Augmentation du temps de travail à la MEL

La faible mobilisation des cadres ou l’écran de fumée des RTT.

 

L’ex Communauté urbaine de Lille devenue Métropole européenne de Lille avec la loi MAPTAM, a été avec Pierre Mauroy, la première collectivité à mettre en place les 35 heures en 1984.

C’est aussi la collectivité qui fut présidée par Martine Aubry entre 2008 à 2014, dont le nom est bien sûr associé aux 35h.

Pourtant, la MEL a décidé d’avoir une lecture très stricte et très libérale de l’article 47 de la loi dite de transformation de la Fonction publique. Dans les faits, les négociations ont tourné court. On allait nous couper la main, et on avait le droit de choisir par quel doigt on souhaitait commencer.

La CGT, syndicat majoritaire avait pourtant tenté de contrer la suppression de  notre régime dérogatoire de 1533H, en proposant de faire reconnaître les sujétions particulières. Pour les cadres notamment, la pénibilité pouvait légitimement être invoquée depuis le déménagement dans un nouveau siège, le Biotope, organisé en open space. Le bruit, des surfaces de travail d’à peine 5m² par personne, le stress par exemple sont le quotidien des cadres désormais qui payent cher dans leurs conditions de travail l’image d’une Métropole 3.0 fièrement inscrite dans la start up nation.

 

 

La CGT a demandé également à l’occasion de ces « négociations » que la question du temps de travail soit appréhendée dans sa globalité, c’est a à dire en reposant sur la table le dossier télétravail, le travail au gris, et la mise en place d’un droit effectif et opposable à la déconnexion.

L’ensemble de ces sujets a été balayé d’un revers de main de fer sans gant de velours. La CGT  a quitté les « négociations » et tenté de faire entendre ses revendications par la mobilisation.

Cette mobilisation n’a pas eu l’effet escompté notamment dans le contexte sanitaire qui limitait très largement la présence sur site des collègues. Mais la quasi absence de réactivité des cadres se trouvent ailleurs. En effet, jusque-là, quel que soit leur temps de travail effectif, à la MEL ou à domicile, les heures supplémentaires n’étaient non seulement pas rémunérées, mais n’ouvraient droit qu’à douze jours maximum de récupération. Pour beaucoup, ces douze jours de travail supplémentaires étaient réalisés en quelques mois, le reste des heures supplémentaires dégagées ensuite devenaient du travail au gris, c’est-à-dire du travail effectif mais hors cadre légal et non rémunéré.

Or, avec la mise en place des 1607H, le Président Castelain supprimait dix jours de congés par ans, en plus des congés d’ancienneté et de la demi- journée de noël pour les agents en charge d’enfants. Mais il proposait sournoisement en contrepartie un choix entre trois cycles possible : 35 h, 37, 5 H et 12 RTT, 39H et 23 jours.

Vu ainsi, les cadres ont eu le sentiment d’une aubaine qui leur permettait de récupérer deux fois plus de jours qu’avec l’ancien système, oubliant trop vite les jours de congés sacrifiés et la volatilité des RTT ;

Pourtant la CGT portait haut les revendications d’un droit à la deconnexion, de la charge de travail nécessitant un débat sur les effectif, la question des rémunération totalement déconnectée des gains de productivité chez les cadres, ou la prise en compte de la pénibilité dans un environnement de travail largement dégradé,  afin que la question du temps de travail ne soit pas circonscrite à de simples modalités organisationnelles.

Mais si certains cadres ne sont toujours pas résignés, beaucoup ont déjà intériorisé les pseudo valeurs inculquées au sein du « campus MEL management » ou des clinquants et coûteux séminaires  servant au système de menaces-sanctions et récompenses déployé par le new public management.

 

 

Bien éloigné d’un statut qui conférait jusqu’ici des droits et des devoirs, ils sont devenus eux-mêmes les instruments de leur propre aliénation, considérant l’inadmissible comme acceptable, et voyant dans l’appartenance à la « communauté des managers » l’ultime reconnaissance de leur épanouissement professionnel et personnel confondus .

Il y aura donc matière à l’occasion de la campagne des élections professionnelles qui s’ouvre de susciter le débat et de tenter de déconstruire leur propre représentation du rôle d’un cadre.

Frédéric PARISOT

Secrétaire général CGT MEL

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator