église de la très sainte consommation

Les retraité-e-s se mèlent de la campagne

ParCGT MEL

Les retraité-e-s se mèlent de la campagne

 

Les retraité-e-s se mèlent de la campagne

 

 

Pari risqué mais pari réussi. Une manifestation de retraité-e-s en pleine campagne des présidentielles ! Plus de 120 rassemblements dans le pays recensés dans 75 départements, des manifestations dynamiques, des mots d’ordre qui traduisaient une forte détermination. Les retraité-e-s ont voulu rappeler aux candidats et au futur président ce qu’ils ne supportaient plus : l’austérité et ce qu’ils voulaient : la revalorisation des pensions et retraités. A bon entendeur….

 

Les candidats à l’élection présidentielle devront en tenir compte, dans leurs propositions aujourd’hui et demain, dans l’exercice de leur mandat.

 

 

Non et non, les retraités ne sont pas une charge pour la société !

Assez de ces ministres qui, depuis des années, maltraitent les retraités à coups de réformes, de Balladur en 1993 à Fillon en 2003 et 2010, qui ont conduit à une baisse géné- ralisée des retraites de plus de 20 %, sans oublier Wauquiez, alors ministre de Sarkozy, qui n’hésitait pas à qualifier le Revenu de Solidarité Active de «dérive de l’assistanat» où se «nicherait le cancer de la société française»! Ce sont les mêmes qui veulent supprimer l’impôt sur la fortune.

Assez de voir le gouvernement Hollande/Valls perpétuer cette politique en bloquant une augmentation des retraites depuis plus de 1400 jours en ce début d’année 2017.

En fait, ils ont tous une même et seule logique : il est intéressant de racketter les retraités et les pauvres, car ils sont très nombreux.

En procédant ainsi, ils assèchent une source de dynamique économique et sociale. Ils oublient que les retraités, malgré leurs petites retraites, paient la TVA comme tout le monde, paient les marchandises comme tout le monde, paient des impôts comme tout le monde, cotisent aussi à la Sécu, paient cher les assurances et mutuelles…

C’est vrai, les retraités ne produisent plus directement de richesses, mais elles/ils l’ont fait pendant des années de travail. Aujourd’hui, elles/ils réinvestissent massivement le montant de leurs retraites dans les rouages de la société, que ce soit familialement, socialement, mais aussi économiquement.

 

 

Le pouvoir d’achat des retraités : ce sont des millions d’emplois

280 milliards, c’est le montant des retraites au niveau national. Cette manne financière est réinvestie dans l’économie (nationale) au travers de la consommation des retraités. Par exemple : 60 % pour l’alimentation, 51 % pour le logement, 49 % pour la communication et 50 % pour l’automobile… sans compter le transport, les loisirs et les activités sportives.

Ce sont ainsi des millions d’emplois qui, directement, dépendent du pouvoir d’achat des retraités. Quant à la question de la santé, les retraités sont régulièrement dénoncés comme des boulets et pourtant, là encore, ce sont des millions d’emplois dans les maisons de retraite, les services à domicile, les services de santé… et l’industrie pharmaceutique qui se fait d’énormes profits sur le dos des malades et de la Sécu…

Pubs à la télé, dans la presse, colloques, confé- rences… les retraités sont devenus une cible pour l’industrie, le commerce, les loisirs, le tourisme, les services, à tel point d’ailleurs que le pouvoir d’achat des retraités a trouvé une appellation la «Sylver Economie» ou encore «l’Economie Argentée» (la couleur de nos cheveux ou notre portemonnaie?) qui voit son chiffre d’affaires atteindre près de 100 milliards d’euros.

 

 

Alors, en 2017, soyons exigeants !

Rejetons toutes les culpabilisations, dénigrements, nous ne sommes pas des nantis ni une charge pour la société.

Exigeons :

– Tout de suite une augmentation des retraites et pensions de 300 euros pour rattraper des dizaines d’années de retard.

– Le retour à l’augmentation des retraites sur l’évolution des salaires (et non sur le pseudo indice des prix) et cela au 1er janvier de chaque année.

– L’annulation de toutes les mesures fiscales qui ont entrainé des pertes de pouvoir d’achat. xUne présence syndicale dans tous les lieux où se discute la situation des retraités.

 

Voir l'article de liberté-hebdo sur la manif ici :

À propos de l’auteur

CGT MEL administrator